Mot du Rabbin

Moché LEWIN, Rabbin de la communauté Israélite du Raincy, Villemomble, Gagny

Directeur exécutif de la conférence des rabbins européens
Auteur du livre :   Des juifs engagés dans la nation

 

L’avènement d’une nouvelle année doit être principalement pour nous l’occasion de faire le point, de dresser le bilan de l’année écoulée, de nous interroger et de nous remettre en question. Une année qui passe ne doit pas être seulement la prise de conscience d’un nombre qui change : de 5574 à 5778 ou de 2014 à 2018.

Le mot Chana (année) vient du mot Chinouye (changement) et Chanene (répétition) nous indique qu’avec l’acquis de l’année écoulée, il est indispensable de s’améliorer. Il ne faudrait pas que les années passent sans que nous apportions un changement dans notre comportement, sans que nous ne prenions la décision d’aller de l’avant. En un mot, il n’est pas question de changer d’année sans changer nous-mêmes.Plusieurs raisons sont évoquées par nos sages concernant la célébration de la nouvelle année juive le premier Tichri (jour du jugement) alors que nous devrions la célébrer le premier Nissan désigné dans la Torah de « premier des mois de l’année » (Ex. 12,2. L’une des raisons est que Nissan se trouvant être le mois de la libération de l’esclavage, le mois où les hébreux sont sortis en masse d’Egypte, ne pouvait être celui du jugement de l’homme par D.ieu.En effet, l’allégresse populaire qui accompagne la libération nationale à Pessah ne peut aller de pair avec l’anxiété d’un individu seul face à son juge à Roch Hachana.Les signes du zodiaque situent bien ces évènements. D’une part, le bélier symbole de l’agneau de la sortie d’Egypte au mois de Nissan mars – avril), et d’autre part, la balance symbole de la justice au mois de Tichri (septembre – octobre). De plus, n’est-il pas dit dans les psaumes 81,4: « Sonnez du Chofar, « Ba’hodesh », au moment où la lune se renouvelle, « Bakessé », lorsqu’elle est « couverte », lorsqu’elle se cache encore ».

 

Le nouvel an juif est la seule fête qui se célèbre quand la lune est à peine visible, alors qu’aux autres fêtes elle est présente partiellement ou totalement; A Pessah le 15 Nissan et à Soukot le 15 Tichri, dates de pleine lune. Ainsi veut-on marquer, que contrairement aux autres célébrations où l’allégresse et la joie sont de mise, le nouvel an juif reste un évènement qui impose une certaine réserve, voire une nécessaire gravité.

La lune constitue le fondement du calendrier hébraïque, ce qui a conduit les rabbins à comparer les enfants d’Israël à la lune. L’histoire à montrer que de tous les peuples de la Terre, les juifs ont à l’évidence le plus souffert de la haine et de la cruauté de certaines nations parmi lesquelles ils ont vécu, pour ne pas dire survécu.

Nombreux sont les juifs qui ont fait le choix de s’installer en Israël ne pouvant accepter que leurs enfants qui utilisent les transports en commun, ou en se rendant à l’école soient menacés. Que la Aliya soit un choix spirituel cela se comprend mais qu’elle soit causée par un sentiment d’insécurité cela est inacceptable.

L’attentat du Musée juif de Bruxelles, le 24 mai 2015, la tuerie de Toulouse le 19 mars 2012, les cris de mort aux juifs scandés dans les manifestations anti-israéliennes  doivent nous rappeler sans cesse que l’antisémitisme tue en Europe et en France et qu’il est indispensable d’assurer la protection de notre synagogue et notre centre communautaire.

Je voudrais rendre hommage au Maire du Raincy, Monsieur Jean-Michel GENESTIER pour sa détermination à lutter contre l’antisémitisme et les moyens déployés pour sécuriser la synagogue ainsi qu’aux jeunes du SPCJ pour leur vigilance et leur dévouement qui permettent à notre communauté d’assurer les nombreuses activités.

En ce début d’année 5778, nous formons le vœu que l’année qui vient de s’écouler, emporte avec elle tous les évènements malheureux qui l’ont jalonnée et que débute avec l’année nouvelle une vie pleine de bénédictions, nous amenant bonheur santé et satisfaction dans tous les domaines. Tranquillité et bien-être pour nos familles, pour nos amis, pour ceux que nous aimons et qui nous aiment. Bonheur, sérénité et paix pour la France, pour Israël et pour le monde avec une pensée particulière pour les chrétiens d’Orient persécutés.

Léchana tova Tikatévou vétéhatémou

Rabbin Moché Lewin